[http://www.chanson.udenap.org/fiches_bio/delyle_lucienne.htm]
[http://voila.fr/musiciensjazzparis1]
[http://voila.fr/musiciensjazzparis1]
[./les_noms_cites_par_ray_binder.html]
[http://voila.fr/musiciensjazzparis1]
[http://site.voila.fr/musiciensjazzparis2]
[http://musiciensjazzparis2.site.voila.fr/page2.html]
[./le_jazz_a_paris_sous_l27occupation.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Les  musiciens - Page 6 :

Lucienne  DELYLE - Jacques  DEPIANE - DEPRINCE - DESFOSSE - Léo  DETEMPLE - DODDY - Mude (ou  Maude)  DORIA - Roland  DORSAY - Clément DOUCET - Désiré DURIEZ - Pierre  DUTILLET - DYNAMIC  de  RAWSON - Roger  EDARD - EDARD  LUINO  - Georges  EFFROSSE - André  EKYAN - Florence  EMBRY  JONES - Roger  ETLANS - Alain  EVANS - Christian  FAURE - Sarane  FERRET - Christian FINO - Roger  FISBACH - Pierre FOUAD - Suzanne  FREMONT - Lucien  GALLOPAIN-
  
Lucienne DELYLE   Chanteuse
Née en 1917 à Paris, décédée en 1962 à Monte Carlo.
Elle rencontre Aimé BARELLI en 1940 qui sera son accompagnateur, son compositeur et son mari. Il leur arrive aussi de chanter ensemble.
Lucienne DELYLE a interprété de nombreux succès mais sa brillante carrière a été interrompue prématurément par une leucémie.
  
La tombe de Lucienne DELYLE et d'Aimé BARELLI au cimetière de Caucade à Nice.
Photo Renato Barberis.
  
Jacques  DEPIANE   Piano
Le  TRIOLET (1942)
En 1934, il se produit au COLLEGE  INN, avec un certain ROSSI aux deux pianos. Ils sont présentés comme des vedettes Brunswick.

Adolphe  DEPRINCE   Accordéon
Né en 1901 à Malines (Belgique)
NOX (1942)  Le  DOGE  (1944)
Son père était français et sa mère belge. Il a étudié le piano mais s'est vite tourné vers
l'accordéon dont il a été l'une des vedettes entre les deux guerres. Il s'est produit
principalement dans les brasseries. Adolphe DEPRINCE n'a pas pratiqué le jazz.
(Histoires de l'Accordéon - François Billiard - Didier Roussin)

DESFOSSE     Chef d'orchestre
NIGHT  CLUB (1942)

Léo  DETEMPLE   Piano  Chef d'orchestre
L'AMIRAL (1941)  ELYSEES  CLUB (1943)
Comme pianiste, il fit partie en 1935 d'un quartette swing monté par Charley BAZIN (avec Marcel BIANCHI à la guitare et Robert BERMOSER à la batterie et au violon.) 

On trouve certaines des prestations de Léo DETEMPLE à Paris sur le site:

http://voila.fr/musiciensjazzparis1

DODDY   Chef d'orchestre
Le  CHAMPO (1943)
Selon Jacques HELIAN, DODDY était, en 1936, une chanteuse de l'orchestre de
GREGOR et elle deviendra l'épouse du saxophoniste suisse Edmond COHANIER.
L'annuaire de la Radio et Télévision de 1947 indique sous le même nom (ou
 Pseudonyme ?) l'un des chefs d'orchestre de la Radiodiffusion Française.
S'agit-il de la même personne ?

Mude  (ou  Maude)  DORIA   Fantaisiste
SAVOY' S (1941)
  
Roland  DORSAY   Chef d'orchestre
EDEN (1943)
Roland DORSAY et ses Cadets jouent en 1932 : du 23 mars au 21 avril, en attraction,  au cinéma  Les MIRACLES, en août à l'OLYMPIA, du 28 octobre au 30 novembre  au Théâtre  de  l'EMPIRE, du 18 au 23 novembre à  BOBINO et du 23 au 29 décembre au  GAUMONT  PALACE. Ils passent du  21 juillet au 3 août 1933 au  Cinéma  REX. Roland DORSAY et ses boys se produisent en 1934 à l'ALHAMBRA. « L'orchestre de Roland DORSAY est des meilleurs et son répertoire ne s'en tient pas au traditionnels rythmes syncopés des fox et des blues. Roland DORSAY a eu la coquetterie de retraduire à sa façon … qui est très personnelle, les vieux succès d'antan …»   (L'Intransigeant du 16 novembre 1934). La même année, ils sont aussi  à la  COTE  d'AZUR et au  CAPRICE  VIENNOIS. En 1936, Roland DORSAY et ses douze Cadets accompagnent  la Revue : « Volupté » au cabaret dancing  CHEZ  les  NUDISTES. Ils jouent également au  COLISEUM.

Jacques HELIAN évoque cet artiste et ses partenaires (parmi lesquels il a figuré) dans
son livre : Les Grands Orchestres de Music - Hall en France

Clément  DOUCET   Piano
Le  TRIOLET (1942)
Musicien virtuose surtout connu pour avoir formé un duo fameux avec Jean WIENER.

Ses prestations dans la capitale sont en partie consignées sur le site :

http://voila.fr/musiciensjazzparis1

Désiré DURIEZ   Saxo alto
PARAMOUNT (1940)
  
Pierre  DUTILLET   Chef d'orchestre
L'AMIRAL (1942)

DYNAMIC  (orchestre dirigé par   RAWSON)
L'ETOILE  (1941)

Roger  EDARD   Chef d'orchestre
Le  CHAPITEAU  (1941)  L'HEURE  BLEUE (1941)
Il dirige son orchestre, en 1938, au cabaret - dancing : Le  HAREM. Il est, avec Jean LUINO, à la tête d'une grande formation en 1946 / 1947 au dancing  MIMI  PINSON.

EDARD  LUINO   voir  Roger  EDARD

Georges  EFFROSSE   Violon  Saxo baryton
Le  CHALET (1942)  TABARIN (1941)
On trouve ce musicien incomparable parmi ceux cités par Ray BINDER.
  
André  EKYAN   Saxophone   Clarinette   Chef d'orchestre  Compositeur  
Arrangeur   
Né le 24 octobre 1907 à Meudon, décédé le 9 août 1972 à Alicante (Espagne)
NORMANDIE (1941)  Salle  PLEYEL (1941) / 1942)  DON  JUAN (1942)  ABC
 (1942)  BŒUF  sur  le  TOIT (1942)  ECOLE  NORMALE  de  MUSIQUE (1942) 
BEAULIEU (1943 / 1944)   
André EKYAN a été à la fin des années 20, membre de l'orchestre du PERROQUET. Travaillant sous son nom en petite formation, il fréquente le cabaret de la CROIX  du  SUD (1930 / 1932). En 1931, il joue quelque temps en Angleterre chez Jack HYLTON. Cette année là, il joue encore à la CROIX  du  SUD, avec Stéphane GRAPPELLY  et  Alain ROMANS.
En 1932, à l'AEROPORT : « André EKYAN, le célèbre saxophoniste, vous attend à
l'atterrissage accompagné de l'orchestre Max ELLOY et son Equipage. »  
(Jazz Tango Dancing de juin 1932)
« Vers juin / juillet 1932, ouverture par André EKYAN avec un excellent petit orchestre comprenant notamment Harry COOPER, Al ROMANS (remplacé ensuite par Michel EMER) et Max ELLOY à la batterie. » (Douze Années de Jazz - Hugues PANASSIE)
« Cet établissement (L'AEROPORT) et la CROIX  du  SUD à Montparnasse sont les deux plus cotés. » (Jazz Tango Dancing en septembre 1932). Hélas, en 1933 : « L' AEROPORT a fermé ses portes. EKYAN a de ce fait rejoint l'orchestre de GREGOR. »
(Jazz Tango Dancing février 1933)
Il joue du  saxo alto chez GREGOR en 1932, en 1933 chez Fred ADISON, dans le Jazz du Poste Parisien en 1934 et 1935. En 1934/35, il enregistre au sein d'une grande formation dirigée par Guy PAQUINET : PATRICK et son orchestre de danse.
En 1935, il se partage, avec l'orchestre cubain LECUONA, l'animation des thés dansants des  CHAMPS ELYSEES.
Dans les années 30, il se produit à l'ABBAYE  de  THELEME.
En 1935, il dirige son orchestre au BŒUF  sur  le  TOIT  et fait ses premiers disques sous son nom. L'année suivante, il se produit au SWING  TIME. En 1937, il enregistre aux côtés de Coleman HAWKINS, Benny CARTER, Alix COMBELLE et Django REINHARDT.
A la Libération, il fait partie de l'orchestre du Schubert avec Léo CHAULIAC, Emmanuel SOUDIEUX, Henri CROLLA et Pierre FOUAD. A partir de 1946 et pendant environ quatre ans, il dirige une grande formation au BEAULIEU. Il intègre ensuite le  Quintette du Hot Club de France.
Au cours des années 50, il joue principalement chez MAXIM'S.
 Le 30 avril 1956, il anime avec son orchestre « La Nuit de la Légion » au  CERCLE  MILITAIRE.
Par la suite, il se produira beaucoup à l'étranger, notamment en Espagne, où un accident de la route lui sera fatal.
Selon Charles Delaunay  : « Doué d'une musicalité exceptionnelle, EKYAN bâtit des soli  instrumentaux d'une intelligence réfléchie et d'une exécution technique éblouissante. ».
Pour Daniel Nevers (Dictionnaire du Jazz de Philippe CARLES, André CLERGEAT et Jean-Louis COMOLLI) : « A la clarinette, il joue d'un souffle doux, prolongé sans effort, déployant peu de notes et emprunt d'une sorte de tendresse rêveuse (qui s'accorde parfaitement au jeu de Django : (Nuages - 1950); au saxophone alto, influencé par la bande des " Chicagoans " et Frankie TRUMBAUER, puis, par la suite, Benny CARTER, il reste sans doute - avec les très méconnus Roger FISBACH et Edmond COHANIER - le plus grand spécialiste européen de l'instrument : excellent technicien à la sonorité solide et chaleureuse et musicien souvent inspiré, partant pour de longues phrases volubiles mais sereines et dont les spirales sont toujours parfaitement contrôlées. »

Pour connaître (en partie) les lieux de Paris où André EKYAN s'est produit, on peut visiter le site :

http://voila.fr/musiciensjazzparis1


  
Florence  EMBRY  JONES   Chanteuse
Le  FLORENCE (1941)
Elle a été l'animatrice du cabaret : CHEZ  FLORENCE   devenu, à la fin des années 30 ? : Le FLORENCE.  « L'établissement aurait fait suite à celui créé par Louis MITCHELL  rue Pigalle dans les années 20, exploité à l'enseigne : CHEZ  MITCHELL, fermé‚ en automne 1926 et devenu : MUSIC  BOX. Il fut transféré‚ 61, rue Blanche par la chanteuse et hôtesse Florence EMBRY  JONES (morte à New York en janvier 1932) à qui il doit son nom... » (d'après New Grove Dictionary of Jazz)
« La Nuit Snob  Chez  FLORENCE, en 1924. C'est un tout petit établissement
carré qui ouvre à deux heures du matin. Les français disent que c'est une boîte de
nègres, les américains disent que c'est un endroit chic. C'est une opinion. Mais enfin,
à New York, ils refuseraient certainement d'y aller, tandis qu'à Paris …
A vrai dire, il n'y a là comme nègre que le pianiste, le drummer et la chanteuse qui a d'ailleurs un succès fou, car elle possède au plus haut point l'art de chanter des chansons lentes, tristes et sentimentales avec ce rythme indéfinissable qu'ont seuls les noirs d'Extrème-Occident …
Quand j'arrive, FLORENCE chante … Le nègre de la grosse caisse fait des roulements de baguette impressionnants, tandis que le pianiste joue, boit, fume et parle en même temps; il pose sa cigarette en mesure, qui tressaute de ses dents à celles plus jaunes du piano, et son verre de whisky se vide en un shimmy trépidant et liquide. FLORENCE chante, elle s'accompagne avec les pieds en faisant d'invisibles claquettes; le piano joue en sourdine, en contre-chant et à contretemps ... »  (Pierre de Régnier - Candide 16 décembre 1924)
Florence EMBRY s'est produite aussi au  GRAND  DUC : « Ce petit night club, à peine plus grand qu'un bar, fut ouvert au début des années 20 par Mr et Mrs George Jamerson; parmi ses dirigeants figura le batteur Gene BULLARD (il fit partie de l'orchestre " maison " du  ROYAL  BOX), qui travailla pour les Jamerson puis pour la chanteuse BRICKTOP, laquelle s'y produisit en 1924 et dirigea le club pendant environ un an à partir de 1926. »  (Selon le New Grove Dictionary of Jazz)
« Le GRAND  DUC était animé par Gene Bullard, un Noir américain venu en France en 1914 parce qu'il voulait être pilote et ne pouvait le devenir aux Etats Unis; Florence EMBRY y chanta en 1924 et Ada SMITH, la future BRICKTOP, lui succéda. Le GRAND  DUC, situé à l'angle de la rue Fontaine et de la rue Pigalle, devint un point de ralliement pour de nombreux musiciens noirs, comme d'autres américains séjournant à Paris, l'écrivain Langston Hughes notamment. »  (La France du Jazz - Denis-Constant MARTIN et Olivier ROUEFF)

Roger  ETLANS  (ou  ETLENS ?)   Chef d'orchestre
Salle  PLEYEL  (1941)  BARBARINA (1942)

Alain  EVANS   Piano  Compositeur
BOITE  à  SARDINES (1942)

Christian  FAURE   Chef d'orchestre
PIGALL' S (1941)
Début 1939, il présente son « orchestre swing » au  GRAND  JEU puis, son « swing 
 band » au  NIGHT  CLUB. Il est, avec son orchestre, en  1947, au cabaret : Sur  les
 TOITS  de  PARIS. En 1950, il est à la tête de ses musiciens au  NID  des
VEDETTES  et, en fin d'année, il accompagne à l'AIGLON : « Nocturnes Folies »,
spectacle présenté par Gilles MARGARITIS, avec 40 artistes. En 1951 / 1952, au  CLUB 
des  CHAMPS  ELYSEES, il dirige l'un des deux orchestres animant les thés
dansants.
  
Sarane  FERRET   Guitare
Né en 1912, décédé en 1970
Salle  PLEYEL (1941)  Le  CHALET (1942)
Fondateur, en 1942, du QUINTETTE  de  PARIS. De 1949 à 1951, avec son QUINTETTE, il anime le DINAZARDE, cabaret dancing où l'on peut : « diner au frais dans le jardin avec le rythme de Sarane FERRET » (Une Semaine de Paris, en juillet 1949)  Sarane FERRET et son Trio se produisent tous les soirs, fin 1952, au  BAR  VERT. En 1956 et 1957, on l'entend aux  GITANS  de  PARIS, dont l'enseigne est complétée  par : « Chez  Sarane  FERRET » où il joue avec des membres de sa famille. En 1956, le  PALATA accueille « le célèbre guitariste, vedette du disque et de la radio » : Sarane FERRET. Celui-ci et ses Gitans sont en 1957 au  DON  CAMILO. Il joue en 1960 au cabaret dancing : La  ROMANCE.

Christian FINOL   Trombone
PARAMOUNT (1940)

Roger  FISBACH   Saxophone
Décédé le 16 février 1957
NORMANDIE (1941)  Salle  PLEYEL (1941)
Il faisait partie de l'orchestre de Jacques METEHEN, au cinéma  NORMANDIE, au début de l'Occupation.

On trouve une partie de ses prestations à Paris sur le site :

http://site.voila.fr/musiciensjazzparis2

Pierre FOUAD   Drums
CHEZ  Jane  STICK (1942)  ECOLE  NORMALE  de  MUSIQUE (1942) BŒUF  sur  le  TOIT (1944) 
Franco-Egyptien, d'abord critique de jazz pour Jazz Hot (1935), il joue de la batterie dans le QUINTETTE  du Hot Club de France, le JAZZ  de  PARIS ainsi que chez Pierre  ALLIER, Aimé BARELLI, Christian WAGNER, Hubert ROSTAING, Noël CHIBOUST, Alix COMBELLE, Django REINHARDT, faisant preuve d'un excellent swing : « La souple sécheresse de FOUAD », selon Boris VIAN. Ses exhibitions de batterie étaient appréciées par les " Zazous ".

Ses prestations à Paris figurent sur le site:

http://musiciensjazzparis2.site.voila.fr/page2.html

  
Suzanne  FREMONT   Piano
ASCOT  BAR (1943 / 1944)

Lucien  GALLOPAIN   Guitare
CHEZ  Jane  STICK (1943) 
Il fait partie, à la Libération, du Grand Orchestre de l'Armée de l'Air (17 musiciens), dirigé par Tony PROTEAU et présenté le 18 novembre 1945 par le Hot Club de France à  L'ECOLE  NORMALE  de  MUSIQUE