[./9_les_noms_cites_2d_neuvieme_partie.html]
[./9_les_noms_cites_2d_neuvieme_partie.html]
[./que_sont_devenus_les_lieux.html]
[./6_les_noms_cites_2d_sixieme_partie.html]
[./que_sont_devenus_les_lieux.html]
[./8_les_noms_cites_2d_huitieme_partie.html]
[./9_les_noms_cites_2d_neuvieme_partie.html]
[./4_les_noms_cites_2d_quatrieme_partie.html]
[./les_noms_cites_2d_premiere_partie.html]
[./les_noms_cites_2d_premiere_partie.html]
[./3_les_noms_cites_2d_troisieme_partie.html]
[./2_les_noms_cites_deuxieme_partie.html]
[./les_noms_cites_2d_premiere_partie.html]
[./les_noms_cites_2d_premiere_partie.html]
[./8_les_noms_cites_2d_huitieme_partie.html]
[./9_les_noms_cites_2d_neuvieme_partie.html]
[./5_les_noms_cites_2d_cinquieme_partie.html]
[./8_les_noms_cites_2d_huitieme_partie.html]
[./9_les_noms_cites_2d_neuvieme_partie.html]
[./2_les_noms_cites_deuxieme_partie.html]
[./les_noms_cites_2d_premiere_partie.html]
[./6_les_noms_cites_2d_sixieme_partie.html]
[./3_les_noms_cites_2d_troisieme_partie.html]
[./3_les_noms_cites_2d_troisieme_partie.html]
[./8_les_noms_cites_2d_huitieme_partie.html]
[./8_les_noms_cites_2d_huitieme_partie.html]
[./que_sont_devenus_les_lieux.html]
[./6_les_noms_cites_2d_sixieme_partie.html]
[./index.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
« Marcel de Valmalète ne nous oubliait pas et, un beau jour, un contrat très important fût signé avec Henry VARNA. Nous étions engagés pour une quinzaine de jours, fin juin, à lEmpire, le plus célèbre et le plus fréquenté des music-halls parisiens, sinon européens. Etre sur la même scène qu Jack HYLTON, les PENSYLVANIANS, Maurice CHEVALIER, Marie DUBOIS, Lys GAUTY, Little Tich, pour ne citer que les plus fameux, c’était le rêve qu’aucun de nous n’aurait osé faire quelques mois auparavant.
L'’Empire, cette fois, c’était bien la consécration de tant d’années de travail acharné, de répétitions, d’efforts d’improvisation, de nouveaux sketches, d’idées neuves. Je tiens à le rappeler, le personnel était exclusivement composé d’amateurs ou, si vous voulez, de semi - professionnels, puisque chacun avait conservé son métier.
Le plateau de ce superbe théâtre permettait d’utiliser des projecteurs, des spots, des projections sur un écran géant.
Le spectacle était bien rodé. Même présentation, par Pierre MINGAND, mêmes orchestrations, bref, de la musique de jazz, mais arrangée à la sauce anglo-saxonne, bien que les vieux succès français aient la place d’honneur. Un sketch, et bien entendu des allusions à l’Exposition Coloniale en cours, tout cela contribua, dès la première représentation, à un succès énorme auprès d’un public blasé et difficile.
  
… La presse fût unanime à saluer la nouvelle star du music-hall que nous étions devenus. Les « actualités » ne s’y trompèrent pas non plus, et il existe des bouts de films datant de l’époque que l’on revoit de temps en temps à la télévision. »
« Je salue ici les musiciens de l’orchestre :
Chef : Ray VENTURA, dont le nom brillait sur la façade de l’Empire.
Saxophones : Edouard FOY, René BARRY, John ARSLANIAN.
Trombones : Robert DEGAILLE et André CAUZARD.
Trompettes : Erik KROLL et Ray BINDER.
Batterie : Charlie BARNES.
Timbales : Coco ASLAN.
Sousaphone : Louis PEQUEUX.
Basse : Pierre SIMON.
Banjo : Loulou GASTE.
Guitare : Pierre MINGAND.
Chant et quatuor vocal : Edouard FOY, Coco ASLAN, John ARSLANIAN, Ray BINDER.
Chaque jour, il y avait matinée à 15 heures et soirée à 20 heures 30, mais comme nous passions en vedette, l’horaire était pour nous décalé d’une heure car nous passions en deuxième partie. Une heure de spectacle, sans compter les bis et souvent les ter. Si le public n’était pas au complet les après-midi, en revanche, les soirées étaient plus que combles et nous avons lié des amitiés avec tout le personnel de la scène et ils nous aidaient de tout leur cœur.

Henry VARNA était très satisfait et c’était là l’essentiel puisque l’orchestre revînt plusieurs fois dans cette même salle ...
Nous avons donc fini le contrat de l’Empire avec beaucoup de satisfaction mais quatre de nos amis qui avaient promis d’aller jusque là vont nous quitter, les uns par obligation professionnelle, les autres pour terminer leurs études et un autre pour effectuer son service militaire. Il s’agit de Noël CHIBOUST, René BARRY, Charlie BARNES et Robert DEGAILLE
Il fallait les remplacer et les vacances d’août nous permettront de faire une bonne sélection : Charles HARY (saxophone), Georges EFFROSSE (violon) et Marcel DUMONT (trombone), feront partie de la nouvelle formation. Jean MARCLAND sera à la batterie et Paul MISRAKI sera seul pianiste, mais pas pour longtemps.
Un autre départ est prévu, pas dans l’immédiat, mais Pierre MINGAND va nous quitter pour affronter seul le public.
Il faut refaire certaines orchestrations et modifier quelques sketches ... »
  
« Du 26 juin au 9 juillet 1931 à l’EMPIRE : Ray VENTURA et ses 18 Collégiens espiègles. Ray Ventura et son orchestre sont des français et ils s’égalent d’emblée aux plus grands artistes anglo-saxons du genre : Jack HYLTON, Ted LEWIS et autres … On est heureux de constater que la qualité de britannique ou de yankee n’est pas indispensable pour savoir jouer du jazz. Orchestration habile et imprévue ; chaque individualité est bonne et peut aussi bien briller dans un court solo que de se fondre dans l’ensemble sous la férule du chef. Du rythme, de l’entrain, du mouvement. » (Candide 9/7/1931)
  
Le théâtre de l'Empire en juin 1931 - Photo x
Encart publicitaire extrait d'un programme de l'orchestre datant de 1931.
Les deux pages ci-dessus sont extraites d'un programme datant de 1931.