[http://musiciensjazzparis2.site.voila.fr/page5.html]
[http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Lazareff]
[http://site.voila.fr/musiciensjazzparis2]
[./index.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Marc  LANJEAN - Jean  LAPORTE - Pierre  LAZAREFF
Roger  LAZAREFF - Raymond  LEGRAND - André  LLUIS

Marc  LANJEAN  (alias Jean MARCLAND)    Piano   Batterie  Compositeur Arrangeur   Chef d’orchestre
Son nom : Jean MARCLAND, modifié, lui fournit son pseudonyme pour exercer ses activités artistiques à l’insu de son père, médecin, qui souhaitait le voir suivre la même voie que lui. Il abandonne ses études de médecine pour se consacrer complètement et définitivement à la musique. Il entre chez les ʺ Collégiens ʺ fin 1930, à la fois comme pianiste, batteur, compositeur et arrangeur. En 1944, il est pianiste dans un orchestre monté par Jacques HELIAN, dont il sera l’un des arrangeurs jusqu’au début des années 50.
Il a écrit de nombreuses partitions pour le cinéma et composé, avec Bruno COQUATRIX la musique de l’opérette : « Les Pieds Nickelés », présentée à  BOBINO avec les Frères JACQUES.
  

Jean  LAPORTE  Saxophone  Piano  Chef d'orchestre  Né le 18 avril 1908  à Bordeaux, disparu en 1997.

Jean LAPORTE figure, pour ses prestations dans la capitale, sur le site :

http://musiciensjazzparis2.site.voila.fr/page5.html

Jean LAPORTE a d'abord travaillé, à partir de 1930, comme pianiste dans sa ville natale. Il « monte » à Paris fin 1931 et joue dans les ensembles "musette" de Tony MURENA et d'Emile VACHER avant de s'intégrer, ayant adopté le saxophone, dans l'orchestre du cabaret Lajunie, 58, rue Pigalle (9ème). Il joue, en 1932, dans une formation de Fred ADISON. Il est recruté par Louis VOLA dans un orchestre (où il est saxo ténor) qui se produit en province et Chez  Florence, 61, rue Blanche (9ème) (1932 / 1934). En 1934, il rejoint aux Ambassadeurs, avenue Gabriel, le "jazz" de Lud GLUSKIN (Raphaël BROGIOTTI est au violon et Alex RENARD à la trompette), puis est engagé en fin d'année comme saxophoniste chez Maxim's, rue Royale.
Il joue du saxophone ténor, en 1935, dans la fosse des Bouffes Parisiens et, en 1936 dans celle du Théâtre de Paris, puis dans plusieurs cabarets et cinémas au cours des années qui suivent. En 1936, il est dans l'orchestre de Jean NAUDIN (où figurera Noël CHIBOUST), à la Taverne de l'Olympia, puis pendant environ un an chez Jo BOUILLON comme 1er saxo-clarinette. Il participe en 1937 à une tournée au sein de l'orchestre typique de Don BARRETO.  Dès 1938, Jean LAPORTE dirige son propre orchestre avec lequel il se produit notamment Chez Florence, rebaptisé en 1939 : El Morocco (parmi les musiciens: Stéphane GRAPPELLY au piano, Charley BAZIN - accordéon,  Alex RENARD - trompette, Marcel BIANCHI - guitare).
A la Libération, il assure la direction musicale de l'Olympia, de l'Empire et du Théâtre de Versailles. Il fait partie en 1947 des Chefs d'orchestres de la Radio.
Il a été, de 1946 à 1958, le chef d'orchestre de différents établissements dont le Gaumont Palace, le Ciro's, la Nouvelle Eve, le Cirque Médrano (où il emploie un jeune trompettiste : Maurice ANDRE). Pendant son séjour à Médrano, de 1953 à 1957, il figure avec ses musiciens dans deux films sur le cirque : Obsession et  Le cercle enchanté de Jean Delannoy, dont il a écrit la musique. On lui doit également des enregistrements de musique de cirque, qu'il a composée en grande partie.
Fin 1958, la direction de Radio Luxembourg lui demande de diriger l'orchestre du Grand Cirque de France, ce qu'il fera durant huit ans. Jean LAPORTE a aussi été le chef de l'orchestre du Cirque du Luxembourg à partir de 1959 et, pendant de nombreuses années, en alternance avec Bernard HILDA, celui de l'orchestre de la « Piste aux Etoiles », émission de télévision de Gilles Margaritis. Il prend sa retraite en 1965, mais, s'il abandonne effectivement le "voyage", il participera encore occasionnellement à des galas au cirque, au music-hall et au Palais des Sports. Il devient ensuite directeur de discothèque, de restaurant et de casino, à Dinard (Palais d'Emeraude). Jean LAPORTE a  passé ses dernières années à Senlis où il a écrit son autobiographie : Musiciens de Pigalle, parue en 1985, non dénuée d'intérêt, mais comportant beaucoup moins de précisions que l'ouvrage de référence écrit par son confrère Jacques HELIAN.
  
Pierre  LAZAREFF  Né à Paris en 1907, décédé en 1972.
Journaliste, patron de presse (France Soir, Télé 7 jours, France Dimanche), producteur d'émissions de télévision (Cinq Colonnes à la Une).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Lazareff
Roger  LAZAREFF  (alias Roger FERAL)
Roger LAZAREFF, né en octobre 1904, frère aîné de Pierre, a fait, sous le pseudonyme de Roger FERAL, une carrière de journaliste, écrivain et auteur dramatique. Son émission télévisée en direct : « Télé Paris », devenue « Paris Club » où étaient invités  des écrivains, des comédiens, des chanteurs et des musiciens, a été très populaire. Il a aussi participé à la direction du quotidien : « France - Soir ».

Raymond  LEGRAND   Chef d'orchestre  Compositeur  Saxophone alto  Clarinette  Violon Né le 23 mai 1908 à Paris (11ème)   Décédé le 25 novembre 1974 à Bissy sous Uxelles (71) 

Jacques HELIAN, qui fut son beau-frère, le présente ainsi, en introduction du  chapitre très documenté qu'il lui consacre dans son livre : Les grands orchestres de music-hall en France :
« Raymond LEGRAND, musicien exceptionnellement doué, a contribué pour une large part à la naissance ou la carrière de beaucoup d'orchestres. Il fut l'arrangeur des formations de Roland DORSAY, Jo BOUILLON, Ray VENTURA,  mon propre orchestre et le sien, bien sûr. Quand il voulait s'en donner la peine, il écrivait des musiques merveilleuses. S'il fut très en avance sur son temps jusqu'aux années 1950, on pourrait lui reprocher de ne pas avoir suffisamment évolué par la suite, avec les changements profonds de style et les conceptions nouvelles survenus. Il eut une existence professionnelle bien remplie, avec beaucoup de hauts ... et pas mal de bas. Ses études musicales, relativement peu poussées, étaient compensées par des dons naturels certains. Ces dons avaient fait de lui un artiste remarquable, très recherché par le "top" du métier pendant de nombreuses années malgré sa nature assez versatile et sa vie privée, disons ... assez compliquée. Capable du meilleur comme du pire, l'imagination débordante, il maniait dans ses propos aussi bien le fait réel que l'invention pure, avec une désinvolture qui faisait l'admiration de tous ses amis ... »

Sur le site :

http://site.voila.fr/musiciensjazzparis2

figure une partie des établissements de Paris où Raymond LEGRAND a dirigé son orchestre.




  
André  LLUIS  Clarinette  Saxophones alto et ténor
« Il remplace Raymond LEGRAND au pupitre de 1er saxo alto en mai 1935 au sein de l'orchestre de Ray VENTURA ; c'est un élément de valeur. En 1936, sursitaire du service militaire est appelé sous les drapeaux et, dès octobre, est remplacé par Max BLANC. Le 17 octobre 1937, revenant de l'armée, il reprend tout à fait logiquement la place qu'il avait quittée un an auparavant pour répondre à ʺ l'appel de la patrie ʺ. L'orchestre se produisait alors au thé dansant  CHEZ  RAY VENTURA. Il est remplacé en 1939 par Alix COMBELLE et joue alors dans l'orchestre de Jean LAPORTE au  FLORENCE. »    (Jacques HELIAN)
Il a enregistré, le 17 février 1943, quatre titres avec Django REINHARDT et le Quintette du Hot Club de France et quatre autres le 7 juillet suivant avec Django REINHARDT et son Orchestre. Le 3 novembre 1944, il grave deux faces avec Noël CHIBOUST et son Orchestre.
  
Marc LANJEAN, au début des années trente.

Photo x  Droits réservés
Un succès de Raymond LEGRAND